Chapitre 6 – Détester échouer, mais aimer essayer

La vie est souvent comparée à un océan imprévisible, et tout comme un marin expérimenté, nous devons apprendre à naviguer dans ses eaux tumultueuses. L’un des défis auxquels nous sommes tous confrontés est celui de l’échec. Plutôt que de craindre cette vague inévitable, adoptons une perspective pédagogique et considérons comment nous pouvons échouer, mais avec une certaine mesure, afin d’atteindre nos objectifs personnels ou professionnels.

Je n’apprécie pas cette expression : « Tomber pour mieux se relever ». Comme je l’explique dans la section sur la Sinusoïde Progressive de la réussite (SPR), en consacrant quelques minutes chaque jour à la gestion de vos objectifs, vous ne vous retrouverez jamais à la case départ. Si vous échouez à un entretien ou à un examen, la gestion d’objectif faite en amont vous sera comme une bouée de sauvetage quand vous retenterez à nouveau le même type de réussite.

Il vous faut impérativement éviter les affirmations défaitistes telles que « Je suis nul » ou « Je n’y arriverai jamais ». Ce qui compte véritablement n’est pas seulement le résultat final, mais l’ensemble du processus, depuis la formulation de la question jusqu’à la résolution. À mon avis, ce cheminement est même plus significatif que l’accomplissement pur et simple d’un objectif. C’est dans le processus que l’on trouve l’apprentissage, la croissance personnelle et la découverte de sa propre résilience. Chaque étape, chaque défi surmonté, contribue à forger une expérience enrichissante, bien au-delà du simple aboutissement d’une tâche.

Dans l’optique de repenser la notion d’échec, une approche alternative consisterait à substituer ce terme par « Essai ». Cette reformulation propose un changement de perspective, transformant l’idée d’échec en une tentative qui met l’accent sur l’apprentissage et l’expérience plutôt que sur la connotation négative souvent associée à l’échec. Au quotidien, nous entreprenons des activités et des actions sans pour autant les considérer comme des échecs, même en cas de difficultés. Alors, pourquoi adopter une vision différente pour des événements tels que les entretiens d’embauche, les ventes, ou même dans le processus d’apprentissage ? Les essais doivent également être consignés aux côtés de vos objectifs dans Notion ou sur le support de votre choix. Si un essai n’aboutit pas de la manière souhaitée, vous avez la liberté de déplacer cet objectif vers les colonnes « En cours » ou « À faire » en fonction de votre évaluation, suivant ainsi le concept de Kanban que nous avons présenté précédemment. Sachez bien que plus vous vous engagerez à tracer toutes vos actions, plus vous aurez d’armes pour atteindre vos prochains objectifs.

kanban

« L’important, c’est de participer ». En effet, nous sommes engagés dans une compétition constante avec nous-mêmes lors de la réalisation d’un objectif, tout en gardant à l’esprit que chaque seconde nous offre l’opportunité de nous améliorer si nous nous habituons à cet exercice. La progression personnelle, même minime, contribue à façonner notre évolution, soulignant ainsi l’importance de l’engagement continu et de l’effort constant dans notre parcours vers la réussite.

La mesure de l’échec réside souvent dans la déconnexion entre nos objectifs et nos capacités actuelles. Il est essentiel de définir des objectifs réalistes et atteignables. En fixant des étapes intermédiaires, nous pouvons mesurer notre progression et ajuster notre parcours en cours de route. Cette approche permet d’éviter des échecs démesurés tout en créant un chemin plus stable vers la réussite.

Dans le chapitre suivant, nous explorerons le concept de gestion du stress et du bien-être personnel face à une charge de travail intense.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *