Chapitre 10 – Répondre avec bienveillance au harcèlement

Le harcèlement peut prendre de nombreuses formes, que ce soit au travail, à l’école ou dans la vie quotidienne. Il peut être difficile de faire face à de telles situations, mais il est essentiel de trouver des moyens de répondre de manière constructive. Dans ce chapitre, nous explorerons une technique simple mais puissante pour faire face au harcèlement tout en préservant votre bien-être émotionnel.

Cas concret : Le harcèlement au travail

Prenons le cas d’Imane, une jeune professionnelle travaillant dans une entreprise dynamique. Récemment, elle a dû faire face à des commentaires déplacés sur ses tenues de la part d’un collègue. Bien qu’elle se sentît bouleversée par cette situation, elle souhaitait adopter une approche douce pour résoudre le problème. Après mûre réflexion, elle a décidé de maintenir son calme malgré les provocations. Plutôt que de réagir impulsivement, Imane a pris du recul pour évaluer la situation et comprendre les motivations derrière le comportement de son collègue. Cela lui a permis de rester maître de ses émotions et de formuler une réponse réfléchie.

Au bout de quelques semaines, Imane a décidé d’engager une conversation avec son collègue, en choisissant ses mots avec soin. Elle a exprimé ses sentiments de manière assertive, utilisant des phrases telles que « Je me sens mal à l’aise lorsque tu critiques ma tenue vestimentaire » plutôt que d’accuser directement son collègue. Imane a expliqué donc à son collègue quel comportement était inacceptable et a demandé respectueusement que cela cesse. Elle a également souligné les conséquences possibles si le harcèlement persistait, tout en restant ouverte à une résolution pacifique.

J’ai rencontré de nombreuses situations similaires à celle d’Imane, et face à l’incertitude quant à la meilleure façon d’y réagir, j’ai parfois opté pour des réponses agressives, parfois pour le silence, mais la douleur persistait. Il est primordial, dans de telles circonstances, de maintenir son calme initialement et de ne pas réagir de manière positive ou humoristique, car cela ne fait qu’apporter une validation favorable à l’harceleur. Si la situation ne s’améliore pas, il serait mieux de solliciter de l’aide. J’en ai informé ma hiérarchie et le service des ressources humaines de la situation. J’ai fourni des exemples concrets du harcèlement subi ainsi que des enregistrements tout en demandant leur soutien pour résoudre le problème de manière appropriée. Pour comprendre comment réagir face à ce genre de situations, nous pouvons nous intéresser au concept d’assertivité.

Un peu d’histoire

L’assertivité, également appelée comportement assertif, est un concept qui remonte à la première moitié du XXe siècle, introduit par le psychologue new-yorkais Andrew Salter. La capacité à s’exprimer et à défendre ses droits sans empiéter sur ceux d’autrui définit ce concept. À partir de 1958, Joseph Wolpe, psychiatre et professeur de médecine américain, a développé davantage cette notion, la décrivant comme une « expression libre de toutes émotions vis-à-vis d’un tiers, à l’exception de l’anxiété« . Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, plusieurs ouvrages de vulgarisation ont été publiés, mettant en avant l’importance de l’assertivité, notamment dans le contexte du développement personnel.

L’assertivité ou l’art de communiquer ses émotions

L’assertivité est une compétence sociale essentielle qui implique la capacité de s’exprimer de manière claire, directe et respectueuse, tout en défendant ses propres droits. Il s’agit d’une communication ouverte et honnête qui permet de maintenir des relations positives tout en exprimant ses besoins, ses opinions et ses sentiments de manière appropriée. Dans le contexte de faire face au harcèlement, développer l’assertivité peut être une bonne stratégie pour affronter la situation tout en préservant le respect mutuel.

Composantes clés de l’assertivité :

  1. Expression claire et directe : Être assertif implique de communiquer ses pensées, sentiments et besoins de manière claire et directe. Éviter les détours inutiles et exprimer ses idées de manière concise permet d’éviter toute confusion et de faire passer le message de manière efficace.
  2. Affirmation de soi : L’assertivité inclut la capacité à affirmer ses droits et besoins tout en respectant ceux des autres. Cela signifie reconnaître sa propre valeur et avoir la confiance nécessaire pour exprimer ses opinions sans se sentir coupable (voir le Chapitre 9 sur l’indifférence sociale).
  3. Écoute active : Une communication assertive implique également la capacité d’écouter attentivement les autres. Comprendre les perspectives des autres, même en situation de conflit, favorise une communication plus constructive.
  4. Gestion des émotions : Être assertif ne signifie pas refouler ses émotions, mais plutôt les exprimer de manière contrôlée. Apprendre à gérer ses émotions permet d’éviter des réactions impulsives qui pourraient aggraver la situation.
  5. Établissement de limites : L’assertivité implique également la définition de limites claires pour définir ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas. Cela aide à prévenir le harcèlement en informant les autres sur les comportements inappropriés et en demandant le respect de ces limites.

Application de l’assertivité face au harcèlement

Dans le cas d’Imane, elle a utilisé l’assertivité pour exprimer clairement son malaise à son collègue harceleur. En utilisant des phrases telles que « Je me sens mal à l’aise lorsque tu critiques ma tenue vestimentaire« , elle a pu communiquer ses sentiments de manière ouverte et honnête sans accusations directes. Elle a affirmé son droit à un environnement de travail respectueux tout en restant ouverte à la résolution du problème de manière constructive.

L’assertivité a également joué un rôle crucial lorsque Imane a établi des limites claires, expliquant ce qui était inacceptable et demandant respectueusement que cela cesse. En utilisant cette approche, elle a pu exprimer ses besoins, créant ainsi un terrain propice à une résolution pacifique du conflit.

En conclusion, développer l’assertivité est une compétence clé pour faire face au harcèlement. Cela permet non seulement de s’exprimer efficacement, mais aussi de préserver des relations positives tout en défendant ses droits et en établissant des limites claires.

Dans le prochain chapitre, nous aborderons la thématique de planification journalière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *